EDITO 2021/2022

Édito 2021/2022

Avec l’ouverture, depuis un peu plus d’une année, de deux espaces supplémentaires sur près de 500 m2, l’Echangeur initie un nouveau chapitre de son histoire.
Dans le prolongement et l’affirmation de ce que le lieu défend depuis son origine, ce nouvel agrandissement permet d’héberger davantage d’équipes artistiques (sur de plus longues périodes) et contribue à la mise en œuvre et au rayonnement d’un plus grand nombre de créations au sein de L’Échangeur et au-delà. Mais en ouvrant également ces nouveaux espaces à des acteurs et actrices du monde associatif, du secteur social, de l’éducation, du soin, de la défense de l’environnement… L’Échangeur entend aussi inscrire son action dans une perspective élargie où les pratiques et les expériences se rencontrent, où des savoirs et des ressources se partagent et où des perspectives communes s’inventent et sont portées collectivement.
Ainsi, en mai dernier, 66 équipes « utilisatrices de L’Échangeur » (artistes et non artistes confondus) ont cosigné une lettre* adressée à la Ministre de la Culture, à la Présidente du Conseil Régional et au Président du Département pour attirer leur attention sur les actions qu’elles mènent depuis le site de l’Echangeur et… sur les conséquences de l’absence de soutien de l’État, de la Région et du Département** à une initiative qui s’inscrit dans les logiques des politiques publiques, au sein d’un territoire particulièrement malmené.
La réponse écrite de la Présidente de Région – qui propose une rencontre prochaine – et l’appel des services du Département – qui envisagent de reconsidérer le projet à la rentrée – laissent entrevoir, après deux années de démarches infructueuses, la possibilité d’un accompagnement de l’initiative par ces deux collectivités. L’avenir proche apportera des précisions à ce sujet, mais quelles qu’elles soient, une première constatation s’impose : porté collectivement, et par un nombre conséquent de signataires, l’appel lancé par les « équipes utilisatrices de l’Echangeur » a retenu l’attention. Cela ne suffit pas, bien sûr, à garantir la pérennité d’un projet initié depuis le territoire, par celles et ceux qui s’y investissent, mais cela indique clairement la voie à suivre pour y parvenir.

*La lettre est disponible sur notre site
** La Ville de Bagnolet a quant à elle apporté son soutien au projet dès l’année 2019